Frayeurs à la Charretterie de la Sorcière

Retour d’exploration dans le Sud Ouest avec Frédéric. On roule depuis 3 heures et soudain, au loin, dans la campagne, une sorte de ferme à l’abandon. Grosse végétation et toits effondrés, serait-ce la cerise sur le gâteau ? On décide de quitter l’autoroute pour aller voir, reprogrammons le GPS et arrivons un peu plus tard dans ce lieu délabré totalement à l’abandon.

J’avoue, on s’est fait peur. Je rentre dans une partie du bâtiment, pendant que Fred explore l’une des ailes, à l’autre bout. Clic, quelques images, mais une drôle d’ambiance. Je rejoins Fred en longeant l’une des arcades, fermée d’une lourde porte en métal, celle que l’on place dans les étables de fortune. Boum, ça tape très fort, un animal certainement. Je rejoins Fred, qui me dit : tu as été là-haut ? Non, pourquoi ? C’est pas toi qui marchait là-haut ?  On regarde l’étage, il ne reste presque rien de praticable. On écoute, j’entends moi aussi des pas sur un parquet… imaginaire. On se regarde…. Bizarre non ?
On ressort de cette partie, la porte en métal retape. Boum. Boum. Comme des coups de sabots dans la porte. On regarde par un trou : pas d’animal. Rien, même pas une souris. On décide de presser un peu le pas.
On fait d’autres images un peu partout, mais on se sent constamment observés.
Je décide d’aller voir s’il y a des choses intéressantes dans le petit bois, pendant que Fred explore la partie habitation, très abimée.
Le petit bois est encore pire que la ferme. L’impression que quelqu’un me suit à deux pas. Le son est sourd, j’appelle Fred, mais j’ai l’impression d’être dans une bulle insonorisée. Je progresse dans les orties et les ronces, découvre une autre maison dont il ne reste qu’un mur et un escalier en pierre. les caves ont été bouchées avec des moellons, de la terre. Un peu plus loin, des coussins rouges par terre, propres, presque « neufs », disposés en arc de cercle sur les feuilles, ambiance messe noire. Je suis pas très rassuré, et je décide de revenir sur mes pas, je reviens vers Fred, qui est livide, limité paniqué. « C’est pas normal ici, je me sens pas bien, on va partir, il y a un truc ». « Toi aussi tu ressens ça, je sens des mauvaises ondes ici, faut se barrer ».
Le bois émet des sons étranges, les coussins, les coups dans la porte, les bruits de pas, une atmosphère oppressante, nous font revenir à la voiture. On est restés 3 quarts d’heure et avons capturé pas mal d’images chacun. On regarde la montre du tableau de bord, il s’est écoulé plus d’une heure trente… Bizarre, l’impression de temps a été pour tous les deux différente de la réalité.
On fait demi-tour, en se disant qu’on a jamais eu cette impression nulle part ailleurs, pourtant, on a maintenant chacun pas mal de visites à notre actif…
La charretterie de la Sorcière cache un secret, qu’on s’est bien gardé de percer ce jour-là…
Pour une explo étonnante, elle a été étonnante !

En écoute, hors du temps