Explos : des vieux trains

Sur les indications de mon éclaireur, découverte d’un dépôt de vieux trains, par très loin de la mer.
Des autorails, des vieilles locomotives, des piles de traverses, des ronces, de l’huile, du verre cassé… au milieu de nulle part !

Arrivé sous la pluie fine du bord de mer, alors que toute la route a été ensoleillée et joyeuse, j’aperçois la fameuse gare (presque) abandonnée, des rails rouillés, des locomotives draisiennes, autorails et de marchandises parqués en quinconce.
Je sens le lieu sous surveillance, clic, des détails, clic, des plans larges. Des gens passent, se demandent ce que je fais là. D’autres passent en voiture, ralentissent, vont donner l’alerte ?
Un peu plus tard, rencontre avec le gardien, qui arrive en voiturette sans permis. Pout Pout Pout…
« Vous cherchez quelque chose ? Faut dégager » l’air aimable de la trogne imbibée normande. Je réponds
Je cherche mon chemin, je pensais qu’il y aurait des autochtones… Il n’y a que des autorails. Bonne journée.
« Ouais » me dit monsieur PoutPout, d’un ton méfiant.